mercredi 21 janvier 2009

Led Zeppelin ~ Presence

Informations Générales:
-Artiste: Led Zeppelin
-Album: Presence
-Genre: Rock / Hard Rock
-Sortie: 31 Mars 1976
-Remasterisation: 12 Août 1994
-Label: Atlantic / Swan Song
-Tracklist:
1. Achilles Last Stand _ 10:22
2. For Your Life _ 6:20
3. Royal Orléans _ 2:58
4. Nobody's Fault But Mine _ 6:27
5. Candy Store Rock _ 4:07
6. Hots On For Nowhere _ 4:43
7. Tea For One _ 9:27
-Total: 43 minutes
.
.
Contexte:
Led Zeppelin, commes les Beatles, les Floyd, les Stones, ou de nombreux groupes, perpétue cette tradition anglaise qui est d'être des groupe tant mythiques que novateurs. Nous sommes en 1976, après déjà six albums depuis leurs débuts en 1968, des millions d'exemplaires écoulés, des tournées à n'en plus finir, c'est un Led Zeppelin touché par l'accident de Robert Plant (qui enregistra toute la partie vocale de l'album en chaise roulante) et la dépression qui s'installe peu à peu chez chacun des membres (notamment Jimmy Page) que l'on retrouve pour cet opus.
Il en ressort un disque que l'on considère comme le plus froid et le plus cru de la carrière du groupe et aussi le moins connu (du en partie au manque de hits de cet album -Achilles Last Stand fait plus de 10 minutes et Nobody's Fault But Mine 6 minutes 30). Ce disque, très étrange, se détache par sa violence et son ambiance oppressante dans la discographie du dirigeable de plomb.
Analyse:
Réputé pour ses pochettes étranges depuis Led Zeppelin IV (souvenez-vous le tableau sur le mur ou le papier-peint tombe en lambeaux, celui-là! , Physical Graffiti et ses deux façades d'immeubles, lui! ), Led Zeppelin ne se déroge pas de la règle avec cet opus. Mais analysons ici le contenu musical seulement(ce pour quoi vous avez acheté ce disque il me semble).
Une intro très lente et hésitante à la guitare, levé de batterie, guitare, basse et Robert Plant apparait, pas de doute nous sommes bien sur du Led Zeppelin mais changé depuis un Kashmir ou un Stairway To Heaven car beaucoup plus obscur. Achilles Last Stand c'est, en gros, dix minutes de pur bonheur intensé. Du Hard Rock à la Jimmy Page, berçé par la voix sans égal de Robert Plant (et dans toute sa splendeur même si circonstances atténuantes), la basse très énervée de John Paul Jones et un Bonzo plutôt monstrueux.
La seconde piste, For Your Life, plutôt calme, reprend un peu une rythmique bluesy (influence notable dans le groupe) et la piste suivante, Royal Orléans une rythmique tournant presque à la funk. Quatrième piste, Nobody's Fault But Mine, piste qui innove par la superposition d'une multitude de pistes de guitares identiques et qui donne un effet de profondeur dans l'intro. On remarque au passage le très bon solo d'harmonica (qui est ma foi trop rare), la batterie de qualité comme d'habitude et une basse assez présente. Très bonne piste qui trouve toujours une place sur les best of il me semble. Candy Store rock, oscille entre le petit blues péchu et le hard rock cause d'un tempo très accéléré soutenu par la batterie très vive et omniprésente durant toute la chanson. Hots On For Nowhere apporte un peu plus de coeur à l'ouvrage avec ses choeurs tandis que Tea For One porte en elle toute la mélancolie qui touche le groupe au moment de l'écriture de cette nouvelle page dans l'histoire. Orientée très blues, tempo très lent, et très bonne.
La version remasterisé bénéficie d'un son encore plus léché qu'à la base, ce qui en fait un bijou sonore (argument valable pour tous les Led Zepp de toutes façons).
Pochette, disque et livret:
La photo ci-dessus reprend la pochette vinyle -donc l'originelle- de cet album (qui a connu plusieurs versions quant à sa pochette arrière notamment). L'avant est un vaste carré blanc incrusté d'une photo rectangulaire montrant une famille autour d'une table et qu'un objet étrange (nous y reviendrons ci dessous). Derrière eux se trouve un petit port avec une eau très verte ce qui confère, en plus de la "présence" de l'objet une atmosphère étrange voire malsaine. L' "objet" (car tel est son nom) en question fait penser bien entendu au monolythe noir du film de Stanley Kubrick 2001: L'odyssée de l'espace.
Cet "objet" sera présent sur toutes les photos de l'album dans des lieux et avec des personnages différents (au bord d'une piscine, dans une usine, sur un terrain de golf, etc), il est noir et a la forme d'un parallélépipède vrillé (deux mots en plus dans vôtre vocabulaire!). La pochette arrière est composée d'une autre photo prise dans une école et réprésantant une dame agée (peut être est-ce la maîtresse) qui touche d'une main la tête d'un élève et de l'autre l'objet (visible plus en détail ICI ,à noter que cette jaquette n'est pas celle de la version remasterisée). L'habituel code barre et les crédits sont au rendez vous ainsi que le logo Swan Song en dessous de la photo et la tracklist au dessus.
Le livret est composé de la tracklist qui fait vis-à-vis avec une photo de l'ojet en question puis fait suite à une double page de huit photos couleur mettant en situation l'objet. Troisième et dernière double page, les crédits ainsi qu'une autre photo de l'objet. Le disque est imprimé du logo de Led Zeppelin (et accessoirement de Swan Song, son propre label) à savoir un ange élancé tendant les bras vers le ciel.

Verdict et note:
Presence, album le plus méconnu de la discographie du dirigeable de plomb n'en reste pas moins un excellent opus que je conseille au plus grand nombre! A néanmoins noter, que si vous ne connaissez pas Led Zeppelin du tout, hésitez plutôt entre un Led Zeppelin IV ou commencez par le commencement, le premier.
Disque qui rappelle donc la mélancolie d'un groupe juste avant une vraie tragédie (la perte du fils, Karac, pour le chanteur Robert Plant, puis le decès du batteur John Bonzo après l'album suivant, coup qui achèvera un groupe les grands grandioses du rock), on y découvre un Led Zeppelin très humain et morose.
Un très bon volume de l'histoire du rock.
7,5/1O
.
.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Veuillez écrire votre commentaire.